Actu F1

La FIA négociera fermement sa part des futurs Accords Concorde

Jeudi 29 Décembre 2011, 21:43 , par jg56 Publié dans #Infos 2011

Jean Todt, Formula 1Le président de la FIA, Jean Todt, est resté pour le moins évasif sur la question des prochains Accords Concorde, qui seront décidés l'année prochaine. Il a seulement laissé entendre que les débats seraient plus compliqués que jamais, la FIA ayant l'intention de recevoir des revenus en se l'autorisant avec ces accords.

Concrètement, ce document, qui expire à la fin de l’année 2012, lie contractuellement les équipes de Formule 1, le détenteur des droits commerciaux du championnat et directeur de la FOM Bernie Ecclestone, et la FIA, qui est l’autorité sportive de la discipline.

On se souvient que les Accords Concorde actuels avaient nécessité trois ans de négociations, une période marquée par un lobbying intense de la part de toutes les parties. À l’époque, les discussions avaient d'ailleurs bien failli capoter, les écuries ayant pour la plupart menacé de créer leur propre championnat parallèle si elles ne percevaient pas une plus grande part des revenus de la Formule 1, alors que Max Mosley, le président de la FIA de l'époque, ne revenait pas sur sa décision d’imposer un budget plafonné aux équipes de F1.

À présent, les équipes exigent 70 à 80% des revenus du championnat, contre environ 50% actuellement. Les négociations portant sur les prochains Accords Concorde s’annoncent donc tout aussi difficiles que les précédentes, d'autant que la FIA pourrait également revendiquer sa part cette fois-ci ! On se demande pourtant s'il est légitime que l'autorité de ce sport puisse réclamer sa part, son rôle n'étant normalement que purement sportif. Mais Jean Todt dénonce par là la vente des droits commerciaux de la F1, négociée à l’époque par Mosley pour environ 300 millions de dollars pour une période de 113 ans, alors que la Formule 1 rapporte plus d’un milliard de dollars par an ! D'ailleurs, cette somme avait été versée à la Fondation FIA et non-même à la fédération...

Todt a ainsi averti que la FIA se battrait jalousement pour sa part lors des prochaines négociations, et qu'elle n’apposerait pas facilement : "La FIA n’est pas dans l’obligation de signer ces Accords Concorde pour pouvoir toujours exercer sa fonction de régulateur de l’automobile. Au moment opportun, nous prendrons notre décision, dans l’intérêt du sport mais également de la FIA." a-t-il notamment déclaré.

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article