Actu F1

Vers un retour de Bahreïn dans le calendrier ? (35)

Mercredi 13 Juillet 2011, 23:06 , par jg56 Publié dans #Infos 2011

Après toute la controverse autour du maintien ou non de l’épreuve du GP de Bahreïn au calendrier cette saison, le président du circuit de Sakhir, Zayed R. Alzayani, ne vient certainement pas de se faire des amis après ses propos virulents tenus dans les pages d'un journal britannique.

Alzayani reproche aux équipes d’avoir retourné leur veste durant la triste saga bahreïnie, dont la Formule 1 se serait bien passée. Pour rappel, après plusieurs revirements dans le dossier, les organisateurs du Grand Prix de Bahreïn avaient finalement décidé de retirer leur épreuve du calendrier alors que la course venait d’y être réinstallée par le CMSA de la FIA mais que les équipes affirmaient qu'elles ne s'y rendraient pas malgré tout, la faute au climat de répression instauré contre les anti-gouvernementaux, même si on dit que la F1 ne prendrait aucun risque à s'installer là-bas durant une semaine.

"Elles ont été très versatiles. Je suis déçu car cela ne se fait pas de changer totalement de position en l’espace de trois mois, du "Oh, vous êtes ma destination favorite. Nous adorons aller là-bas. Nous nous y sentons comme chez nous" à "Nous ne voulons pas aller à Bahreïn". Alors oui, des événements se sont produits entre temps mais vous ne pouvez pas être si versatile. Il y avait beaucoup de plaintes des équipes et des sponsors et, au final, nous avons retiré l’épreuve." a-t-il déploré.

Durant la controverse, le pilote australien Mark Webber avait été l’un des rares avec l’ancien président de la FIA Max Mosley à publiquement s’opposer au retour de la Formule 1 à Bahreïn. Alzayani règle là aussi ses comptes, à commencer par Mosley : "Max Mosley parle de moralité. Si j’étais lui, je n’utiliserais probablement pas le mot "moralité". Je pense que Max a une rancune contre Bahreïn car le Prince Héritier lui avait officiellement demandé de ne pas assister au Grand Prix (à cause du scandale de l'affaire seuelle nazie dans lequel il était impliqué)."

Puis Alzayani a répondu aux propos de Webber : "Et est-ce que l’Australie n’a pas de problèmes avec les aborigènes ? Je ne vois pas que Mark Webber en parle. Je ne sais pas pourquoi Mark Webber ne voulait pas aller à Bahreïn. Ils vont aller aux États-Unis en 2012. Et ils ne disent rien au sujet de Guantanamo ? N’y a-t-il pas des violations des droits de l’homme ? Comme Bernie Ecclestone me l’a dit : "Si les droits de l’homme étaient un critère pour la tenue des courses de Formule 1, alors nous irions seulement en Belgique et en Suisse à l’avenir"."

L’édition 2012 du Grand Prix de Bahreïn, actuellement programmée en ouverture de saison, n’est pas non plus assurée, selon le président du circuit de Sakhir. Il se murmure en effet que les équipes de F1 voudraient repousser Bahreïn plus tard dans le calendrier au cas où le climat de répression ne se soit pas arrangé en début de saison, voire même que la course soit annulée s'il n'y a pas de changement de climat à la fin de l'année 2012. "Je ne sais pas quand aura lieu la course l’année prochaine. La décision ne nous appartient pas." a ajouté Zayed R. Alzayani.

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article